A’Shamay – Chapitre 1

 

 


A‘Shamay



 

Je n’ai vraiment pas l’habitude de composer de cette façon (full MIDI), encore moins avec ce type d’instruments, mais j’ai pris un grand plaisir à farfouiller dans toute cette montagne d’instruments pour orchestre philharmonique. J’en ai tiré peu de choses pour cette première, mais je compte bien en refaire à l’avenir.

Analyse:

Instruments: Quatuor de violoncelle en « archet libre » staccato et pizzicato, flûte traversière, percussions et cœur mixtes.

La composition traduit principalement deux éléments, A’Shamay (son abbaye plus particulièrement) et Noah.

 

Noah:
Début – 00:47

Je suis tout simplement fan du son que fait un pizzicato au violoncelle, tout simplement car ça retranscrit exactement la façon que j’ai de percevoir Noah. Curieux, lunatique, furtif, je reconnaîtrais ce trait de caractère parmi mille, et pourtant je n’arrive pas à trouver de mots exacts pour le décrire. Le pizzicato le fait sans aucun problème, et c’est en parti ce que j’aime dans la musique, elle nous parle parfois plus que les mots. Je n’ai de ce fait pas grand chose à rajouter: Pizzicato = Noah, dans ma tête, ça ne peux en être autrement. Les nappes de violoncelles qui croisent la gamme majeure faite en pizzicato rajoute une touche tragique au personnage, de quoi annoncer la couleur pour le futur..

 

A’Shamay:
00:47 – 01 : 13

Je précise en tout début d’histoire, que le monde dans lequel les personnages vivent n’est pas sain, Viria’s District en serait même la caricature. A’Shamay est une campagne qui aurait donc su conserver son cadre de vie paisible, entre autre grâce à sa situation géographique, éloignée de toute villes, hub, ou civilisation massivement regroupée. La nature en est donc selon moi la clé, et quoi de plus parlant (en effet sonore) que des chants oiseaux pour la symboliser. L’abbaye quand à elle se caractérise par les cloches en bruit de fond et les cœurs mixtes. Certes cliché, mais je les trouves tout de même légitimes.

Contexte:

Au final ces deux éléments se croisent (01 : 13) ; Noah se retrouve à vivre dans l’abbaye. C’est ce que traduit le morceau dans son ensemble: une présentation de deux sujets qui finissent par ne faire qu’un.

 

L’ensemble du chapitre 1 peut se résumer dans cette dernière partie du morceau, « Alors pourquoi l’intégrer à ce moment du chapitre précisément? »
Simplement pour jouer avec cette phrase: Au loin, les oiseaux chantaient de nouveau. Car c’est précisément de cette façon que commence le morceau, ça n’est pas chronologique, vous pouvez tenter d’y voir des parallèles, mais il n’en existe officiellement aucun.