Borderline

Je compose depuis 2009, mes premiers enregistrements ont suivi très peu de temps après. J’ai pu faire mes armes en commençant avec le duo beat/mixcraft, je me souviens encore des premières fois où l’on se calait sur un métronome mécanique pour enregistrer les pistes, non pas que la quantification n’existait pas encore, on était juste trop con pour ne pas l’avoir vu. Quand je vois maintenant la chaine audio-fréquentielle que j’utilise pour enregistrer, je me dis que j’ai quand même fait un petit bout de chemin. Entre le dernier Cubase et tout le hardware à disposition, je me demande si la qualité audio que j’en sors est vraiment à la hauteur du matériel. J’imagine que non, cependant mes doutes ne se pose pas là, mais plus sur le mérite légitime d’un riff capturé.

Car de tout ce que j’imagine, compose, retranscrit et enregistre, la guitare est le seul instrument palpable. Mes captations se font à l’ancienne ;
La guitare passe par une armada de pédales avant d’aller dans les amplis, des micros sont positionnés devant les HP pour repiquer le son des enceintes amplifiées, et toute cette tambouille arrive dans mon interface puis mon logiciel pour enfin être enregistré. Ça en jette sur le papier alors que c’est enfantin dans la réalité, toujours est-il que je part du postulat que cette captation est légitime, car elle nécessite un savoir-faire dans l’instrument enregistré, simplement parce que l’instrument existe matériellement parlant.

Qu’en est-il des autres? Du MIDI, des sons pré-enregistrés. bête et méchant. Bêtes? Pas tant que ça non plus. Quand j’aborde le sujet des instruments virtuels, j’ai toujours le droit au « mais du coup, la batterie (par exemple) elle est toute faite? » Et bien non, il n’y a jamais rien de « tout fait » dans les instruments virtuels, c’est une frontière entre le vrai et le faux, entre le légitime, et l’assistanat. Pour ma part, j’ai comme l’impression d’être borderline

Sans titreDADADA

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Légende: Partitions numériques d’un pattern de batterie (Instrument virtuel) Extrait de Walk alone on viria’s streets.

Mais le fait est que l’on ne peux pas réfuter d’un revers de la main cette appréhension de la musique en lâchant simplement: « C’est d’la merde » prétextant que ça n’est pas de la musique, qu’elle n’est pas légitime, car au delà de sa fausse simplicité, c’est une technique qui exige des connaissances, tant en solfège qu’en rythmique, qu’en logique de la musique. Elle exige une analyse de votre morceau pour coller parfaitement avec le reste, une certaine oreille (car autant vous savez quantifier une piste midi, autant vous ne quantifiez pas la rythmique d’une guitare) et une méthode de travail.
Pour garder l’exemple de la batterie, c’est ici bel et bien point par point qu’elle se crée, coup de kick par coup de kick. Tu veux que ta drum fasse « poum poum taka t’ ka poum poum tak » ?
Ben démerde toi pour qu’elle le fasse: t’as une grille et une barre de lecture, alors sort les bretzels et le thé glacé parce que tu vas en bouffer pour créer un morceau complet.
Ici, tu scroll pas des banques de son dans ta workstation à deux balles, tu crées.

Tu crées…
Je ne saurais pas dire si mes créations sont d’avantage légitime; pour moi qui fait l’effort de placer point par point les éléments de mes instruments virtuels, plutôt que pour un autre qui aura récupéré un pattern complet dans une banque de son lambda. Car au final, nous ne faisons qu’utiliser tous les deux des sons déjà enregistrés. Il n’y a après tout qu’une seule étape de construction qui nous séparent.

Suis-je légitime dans mes compositions? Ais-je le droit d’admettre qu’il s’agit bien là de mes créations?

Je suis pris de quelques doutes…

2 commentaires

  1. Je suis plus dans cette approche de la batterie et ma guitare est directement branché dans la carte son par contre par facilité sans doute.

    1. Si tu possède de bons simulateurs d’amplis et de caisson de guitare, c’est tout à ton honneur. Personnellement j’aime beaucoup la reprise du son au micro, mais je suis sur que les deux se valent entièrement.

Répondre à keph Annuler la réponse.