chapitre 28

 

– Toujours autant stressé après toutes ces années?
– On sait tous deux à quel point il est nécessaire pour moi, adressa Shan à Meven, le sourire en coin.
La soirée suivait paisiblement son cours. Depuis plusieurs minutes, le bain de basses du groupe
précèdent avait cessé de marteler les murs de la petite loge du Sharly’s Color dans lequel s’était installé les quatre garçons. Face à quelques bouteilles vides, Shan tapait nerveusement le parquet du pied comme à son habitude, assis sur le seul banc en bois dont disposait la pièce. Meven se tenait debout à ses côtés, se contentant de l’observer tout en recrachant sa fumée en l’air.
– Comme si ça allait te faire mieux jouer, jeta Tom avec amusement tandis qu’il sautillait sur place tout en s’assouplissant les doigts.
– Facile à dire quand on est caché derrières des futs de batterie !
– Tais-toi donc et viens t’échauffer avec moi, ça te sera plus utile que de ruminer.
Au coin de la pièce, adossé à l’extrémité du banc, une petite tête blanche dépassait. Tandis que Shan se levait en pestant tout en craquant ses articulations, Meven se décala pour venir rejoindre son nouveau membre. Il attendit que Noah eut desserré ses mains jointes et rouvert les yeux pour lui balancer dans un air faussement nonchalant un tissu noir au visage.
– Pour la scène, expliqua-t-il. On aura tous le même, symbole d’unité et toutes ces conneries, les sniffers sont soucieux des détails.
Noah se releva et le déplia bras tendu, pour l’observer avec plus d’attention. C’était un Tee-Shirt taillée large, entièrement noir avec pour motif l’initiale du groupe, blanche et stylisée qui occupait le centre du vêtement. Une multitude de détails gravitaient autour de la lettre et ses courbes, si bien que Noah aurait pu l’observer durant de longues minutes dans le but d’y découvrir toutes ses subtilités.
– Il me plait beaucoup, avoua-t-il en souriant.
– On espère qu’il plaira à quelqu’un d’autre dans cette salle, lâcha Meven d’un air inquiet, n’oublie pas Noah, que les gens ne doivent pas t’oublier.
– Je m’y efforcerait, répondit-il alors en retirant son Tee-Shirt.
– BORDEL DE DIEU ! Cria alors Shan derrière Noah, qui se retourna brusquement.
– Ne blasphème pas en ma présence ! Gronda Noah, dos nu à Meven, le visage horrifié par ce qu’il y regardait à présent.
– Merde mec, c’est quoi sur ton dos ?
Noah réalisa seulement à cet instant l’origine de l’étonnement des trois garçons autour de lui. Derrière son visage d’ange se cachait d’innombrables cicatrices. Profondes, se chevauchant les unes au-dessus des autres, remplissant presque entièrement le tableau macabre qu’il endossait. Il se tourna alors contre le mur, la mine renfrognée d’une colère déjà disparue.
– Oh ça… lâcha-t-il les yeux bas, une vilaine blessure d’enfance. Mais rassure vous, s’essaya-t-il alors un sourire en coin, je n’ai plus mal mainten…
– Ne me ment pas ! Coupa Meven d’un ton sec. Dans le panier à linge sale, il y avait des tâches de sang sur tes vêtements le jour où tu as emménagé.
Noah s’en trouvait choqué.
– Tu m’as espionné !? Répondit-il en rejetant sa main derrière son dos, aussi clément que je puisse être, ça j’aurais du mal à te le pardonner Meven !
Un silence tenta de s’installer dans la pièce, révélant le bruit de la foule impatiente située à quelques portes d’ici. Des cris et quelques sifflements se distinguaient jusque dans la loge, où les quatre garçons se regardaient sans un mot pendant de longues secondes.
– Tout ça, reprit Meven en désignant du regard ce qui se cachait derrière le torse nu du jeune garçon face à lui, ça a un rapport avec ton dieu ?
Des frissons parcoururent tous le corps de Noah.
– Tu ne peux pas le comprendre.
Il n’en avait pas fallu moins à Meven pour s’emporter.
– J’en ai vu des saloperies dans ma vie, mais autant au même endroit ça frôle la folie ! Si c’est la bienveillance de ton dieu qui te pousse à agir comme ça, alors questionne toi sérieusement sur son existence !
– Mon dieu ne me tuera pas !
– Et qu’est-ce que tu en sais !
Un nouveau silence s’imposa.
Derrière eux, Shan et Tom demeuraient spectateurs d’une histoire qui semblaient les dépasser en tous points.
Noah balaya du regard la pièce, les trois garçons le fixaient. La peine et la compassion se lisait sur le visage de Shan, de la curiosité se dégageait de celui de Tom, quand à Meven, Noah y trahit de la honte mêlée de haine.
– Laisse-moi te montrer, répondit-il simplement.
Il enfila son nouveau Tee-Shirt et empoigna son sac à dos tout en se dirigeant vers la sortie. La porte se balançait tandis qu’il traversait le couloir sans se retourner. Shan décida alors de rattraper Noah, déjà loin devant lui. Mais peine fut-il sorti des loges qu’il fut stoppé par ce qu’il y vit.

Noah, au loin, jeta son sac à dos contre le mur du couloir après y avoir sorti un long objet métallique et brillant.
Il claqua la porte des backstage.
– BORDEL MEVEN, IL A UN FLINGUE !
Sans réfléchir, ni prononcer de mots, tous se mirent à courir en direction de la scène.
Trop tard pensa Meven.

La foule criait déjà, alors qu’il tirait le pendrillon de fond de scène dans un geste interdit.


 

 

Chapitre suivant