chapitre 23

 

Vingt-deux heures :
Les derniers accords remplis de saturations raisonnaient dans les combles du local numéro cinq. Les membres du groupes s’observèrent tous enjoués.
Shan commença à ouvrir sa housse tandis que Tom roulait sereinement sa cigarette. Meven sortit son paquet d’indus tout en se précipitant vers la sortie sous le regard perplexe de Noah, serrant nerveusement le micro tenu dans ses mains.
– Je te l’avais dit hier, c’est son rituel, lança Shan qui avait observé la scène. T’as été super pour une première répétition, je dois même dire que tu m’as impressionné, lâcha-t-il avec un large sourire.
– C’est sûr que ça n’a rien à voir avec notre ancien membre, annonça Tom en se joignant au deux garçons.
– On ne pensait pas à une voix claire, enchérit Shan.
– Faut dire qu’on a toujours bouffé du scream bien énervé depuis nos débuts.
– Ça oui, Meven pourrait même se remettre à en faire maintenant !
– Ça serait explosif en effet.
Tandis que les deux membres vidaient toutes les idées que la répétition leur avait suscitées, Noah resta béat devant autant de motivation, ne se contentant que d’écouter attentivement, en hochant énergiquement la tête à chaque proposition.
– Les possibilités sont multiples en effet, conclut Tom. C’est un très bon atout que nous avons là.
– M…merci, répondit timidement Noah. Mais je me demande quand même ce que Meven en pense.
– C’est vrai qu’il n’a pas dit un mot de la répétition, remarqua Shan.
– Il s’est contenté d’enchaîner les morceaux les uns après les autres, c’était éprouvant, même pour moi, avoua Tom en passant une main sous sa nuque.
Noah afficha un regard inquiet. Sans attendre, Shan l’épaula énergiquement.
– Allons le voir, lança-t-il avec son plus grand sourire.

 


Merde, merde, merde, merde…

Meven s’était perché sur la même rambarde rouillée que le jour précédent. Son pied tapait nerveusement le métal de la structure.

Et merde… C’était pas une hallucination dans l’église, ce mec est vraiment hors du commun. Autant de présence et d’idée… tout ça dès la première répétition et sans même nous connaître ? Ca relève du génie. Ce type est aussi intriguant qu’improbable, il en est presque flippant. Et pourtant je le sens, je sens que c’est lui qu’il nous faut !

– Mev ! Arrête de faire ton ado ténébreux et viens nous rejoindre ! Plaisanta Shan.
Coupé dans ses pensées, Meven descendit rejoindre les membres du groupe.
– Alors, t’en a pensé quoi de cette répétition ? Continua Shan.
En observant Noah fuir du regard, Meven comprit le sens de sa question et tenta aussitôt de se raisonner.
– Quelques passages à retravailler, mais je pense que tout ça s’annonce très positif pour le futur du groupe.
Pris alors d’une bouffée d’optimisme, Meven tapa du poing l’épaule du jeune garçon.
– Bienvenu dans Arkorner Noah, lui sourit-il.
– Serait-ce un rictus sur son visage ? Chuchota Shan.
– Sans doute un spasme incontrôlé, hocha Tom.
– Fermez là vous deux, grommela Meven dans un dépit total.
– Bon, je pense que ça se fête, non ? Proposa Shan en claquant ses mains.
– Tout est bon prétexte pour boire avec toi, provoqua Tom.
– Je me pinterai la gueule même à ton enterrement !
– La grande classe, bon, on fait ça chez qui ?
– Le plus simple serait chez moi répondit Meven, si Noah n’est pas trop fatigué, qu’est-ce que t’en dis ? … Noah ?
Face à lui, le jeune garçon serrait ses poings de toutes ses forces sans dire un mot. Son visage affichait une expression inhabituelle.
– Il a buggé, affirma Shan.
– Trop d’émotion d’un coup, pour sûr. Confirma Tom.
– Je …
– Ah, ça va sortir, ria Shan.
– Je crains le pire, continua Tom.
– Je veux cuisiner ! Cria Noah.
– Certainement pas ! Rétorqua Meven terrifié, tandis que Shan et Tom se prirent dans un fou rire incontrôlable.


Home



Zone tertiaire de Viria :
Les quatre paires de chaussures prenaient d’assaut le tapis de l’entrée. Une odeur d’épices embaumait les couloirs de l’appartement.
Dans la cuisine, Meven et Shan préparaient un grand plat convivial en discutant calmement du bilan de la journée.

– Mais non ! C’est plus tôt que ça ! Quand ça fait pakapomtikoupakoupla¹ !
Dans le salon, Tom débâtait énergiquement sur l’importance du rythme, en défragmentant un des morceaux joués plus tôt. Face à lui se tenait Noah, un calepin et un stylo à la main, les yeux écarquillés et essayant tant bien que mal de comprendre les explications  accompagnées d’onomatopées rythmiques en tous genres de Tom; deux baguettes de batterie à la main, ayant reconstitué un semblant d’instrument avec des chaises et quelques coussins.
– Le premier rôle du batteur dans un groupe est de donner un rythme constant. Je suis peut-être pas celui qui va t’imposer sur quelles notes chanter, mais je suis celui qui va t’indiquer quand le faire.
Noah hocha rapidement la tête avant d’écrire une nouvelle phrase sur son calepin.
– Note pas ça enfin, c’est du bon sens ! lâcha Tom visiblement atterré.
– C’est prêt ! Annonça Shan en sortant de la cuisine.
Meven lui emboita le pas en tenant un grand plat ovale visiblement lourd.
– Je te donne trente secondes pour nettoyer ton bordel avant que le wok de riz finisse sur ta tête, grimaça Meven en remarquant l’installation de Tom.

Quand vint enfin l’heure de manger, tous se placèrent négligemment sur la table basse du salon.
Noah joignit ses mains et les plaça sur son front, ses lèvres bougèrent sans sortir un son, Shan et Tom l’observèrent un instant puis commencèrent à manger en silence. Quelques secondes se passèrent avant qu’un projectile nutritif n’atteigne Meven, déclenchant un climat d’enfant.
– Je vais t’apprendre ce qu’il en coute de jouer avec ma bouffe ! Lâcha Meven en plongeant sur Shan, qui se mit à rire aux éclats.
– Arrête, c’est pas moi gros débile ! C’est Tom !
Noah se tenait les cotes tout en se forçant de contenir la nourriture dans sa bouche, semblant vouloir sortir au fur et à mesure que son rire s’intensifiait.

A la fin des hostilités, Meven se leva en direction du réfrigérateur :
– Tenez, il me reste quelques bières au frais.
– Ce serait bien la moindre des excuses après ce que tu m’as fait, se plaignit Shan tout en se recoiffant.
Meven tendit l’une des bouteilles à Noah, qu’il s’empressa de repousser sur la table accompagné d’une inspiration abrupte. Tous l’observèrent alors avec étonnement.
– Après réflexion, je vais rester à l’eau, déclara-t-il sans quitter la bouteille du regard.
Sans attendre, Shan la ramassa d’un geste vif avec un grand sourire.
– Tant mieux! Dit-il, ç’en fera plus pour nous ! Avant de vider la bouteille d’une traite.

Un gout sucré cacha l’amertume du malt, c’était une bière brune, frôlant des reflets noirs, la bouteille était ornée d’une étiquette jaunâtre et un peu décollée, sur laquelle on pouvait voir le cachet d’une petite abbaye situé au Nord du pays, celle d’A’Shamay.

 


 

¹Pattern rythmique pouvant se traduire par:

 

Chapitre suivant