chapitre 16

 

Durant le chemin, Meven expliqua rapidement le fonctionnement des studios de répétition, et en profita pour toucher un mot concernant les deux autres membres du groupe, agrémentant les profils de certaines anecdotes. Certaines d’entre elles faisaient sourire Noah, d’autres beaucoup moins.

– Mais ne t’en fais pas, conclut Meven en allumant une nouvelle cigarette devant l’enseigne, si tout se passe bien tu auras l’occasion de les connaître un peu plus.
Arrivé à sa moitié de combustion, Meven posa sa cigarette sur le rebord d’un cendrier à l’entrée.
– Quand on parle des loups…

Il pointa son regard au loin près du carrefour et y observa deux jeunes hommes s’avancer dans leur direction. L’un transportait sur son dos une housse rigide, l’autre serrait de sa main droite deux baguettes en bois. Tous deux semblaient converser de banalités en tout genre, avant d’arriver à niveau de l’enseigne des studios.
– Salut Shan, salut Tom. C’est rare de vous voir faire la route ensemble.
– Haha ouais, pour une fois que cet idiot n’a pas raté son bus ! Plaisanta Shan.
– J’aimerais en dire autant de tes syncopes à la basse pauvre débile, rétorqua Tom. Meven, tu nous présentes ?
Meven ramassa sa cigarette et tira une énième fois dessus, avant de l’écraser dans un petit tas de sable prévu à cet effet.
– Noah, un colocataire provisoire. Je l’amène pour qu’il découvre un peu l’envers du décor, ça s’arrête là.
Les deux arrivants se regardèrent, avant d’échanger un sourire complice.
– Bon on y va ? Ajouta-il pour clore les présentations, les instruments vont pas se brancher tout seuls.

Les quatre garçons traversèrent un petit hall mal éclairé puis saluèrent le concierge, qui ne dévia pas son regard de la revue de mode dans lequel il s’était plongé. Seule sa main se mit à bouger pour faire glisser une clef sur laquelle était étiqueté le chiffre cinq. Meven l’attrapa machinalement avant d’entrer dans une salle portant le même chiffre, suivi des trois autres garçons. Tous prirent position dans la salle, Tom tapotait les peaux de batterie tout en les réaccordant, tandis que Shan se positionnait face à une imposante enceinte quadrillée de noir.
– Tu peux rester là où tu es Noah, expliqua Meven en ouvrant sa housse de guitare. On a pris l’habitude de ne plus se regarder pendant nos répétitions.
– On préfère jouer condition concert, expliqua Shan pendant qu’il réajustait sa sangle de basse.

Noah se sentit désorienté, tout s’exécutait machinalement autour de lui sans qu’il ne puisse comprendre ce qui se préparait réellement. Il entendit les deux instruments grésiller corde après corde, et les baguettes de Tom effleurer chacune des peaux de la batterie.

C’est ça une répétition ?

Meven prit la parole, coupant alors le fil de ses pensées.
– C’est ok pour tout le monde ?
Shan et Tom acquiescèrent.
– Ok, on balance un test !
Noah sursauta lorsqu’il aperçut Tom frapper deux coups de charleston colossaux. S’en suivit une puissante résonance dans toute la pièce. Noah n’avait jamais entendu un pareil son. C’était une distorsion riche en harmonique, englobant tout le spectre sonore. Il observa énergiquement autour de lui, Meven et Shan ne lui semblaient pas avoir bougé.  Sa vision se troubla. Ce son, bien qu’harmonieux était pourtant à la limite de l’assourdissant.

Qu’est-ce que c’est que ce bruit ?

Noah chercha du regard d’où cela pouvait provenir.

Pourquoi personne ne réagit, ça n’est pas normal. Qu’est-ce que…

Un immense spasme parcourra tous le corps du jeune garçon lui faisant perdre l’équilibre, pour enfin s’effondrer sur la moquette grise de poussière.

Qu’est-ce que…

Son regard vitreux pointa en direction des néons cliniques de la salle de répétition. Au loin, la distorsion continuait de résonner.

 


 

– Noah ? Noah t’es là ? Allez là, réveille-toi !
– Ben bravo Meven, c’est ça ton miracle ?
– Arrête il peut t’entendre !

Ces voix, elles me rappellent… quelque chose…

– Qu’est-ce que tu fais à lui lever les jambes ?!
– T’inquiète, j’ai vu ça dans un film.
– Lâche ça tout de suite débile, et aide moi à le relever du bon côté !

Le bruit… s’est terminé…

– Allez, un… deux…
Noah sursauta tout en ouvrant ses yeux, sa conscience reprenait peu à peu le dessus. Il manqua de pousser un cri de douleur, puis se ravisa de peur d’éveiller des soupçons. Il regarda tout autour de lui, Shan se trouvait à sa gauche.
– Tu vas bien ? Tu veux que je lève tes jambes ?
– Ce que tu peux être borné !
Tom se trouvait à sa droite, une main énergiquement plaquée dans le dos de Noah l’ayant servi à se relever.

Mince, à tous les coup mes plaies se sont rouvertes…

– Tu vas bien ? Depuis combien de temps tu n’as pas mangé ?
C’était la voix de Meven, il se trouvait plus en retrait caché derrière Tom. Noah dut se décaler pour lui parler dans les yeux.
– Je vais bien, merci.
– C’est vrai qu’on n’a pas fait de break pour manger ce midi… Meven passa la main derrière sa nuque.
– T’es inconscient Meven tu le sais ça? Rétorqua Shan. De toute évidence Noah est trop timide pour te demander une pause durant le travail au port, tu aurais dû y penser.
– Je vais bien, affirma Noah en tentant de rassurer Shan.
Ce dernier se leva en direction de ses affaires.
– Ton sourire timide ne trompe personne tu sais, dit-il en fouillant dans son sac à dos. Une chance que j’ai pris deux trois conneries à grignoter pour la route, tiens.
Il jeta au travers de la pièce plusieurs barres chocolatées, avant d’atterrir aux pieds de Noah.
– On a fait mieux niveau gastronomique, mais là en l’occurrence, c’est de sucre dont tu as besoin.
– Je te remercie Shan. Répondit-il en alignant soigneusement les barres devant lui.
Sans attendre, Meven claqua fort des mains comme pour conclure.
– Bon ! C’est pas tout, mais on a une répétition à mener à bien, nous !
Shan et Tom acquiescèrent. Quand Meven se tourna vers Noah, ce dernier opina du chef, avant de se poser assis à même le sol dans un coin de la salle.

Deux immenses coups de charlestons retentirent à nouveau. Noah tenta de garder une vue d’ensemble. De nouveau, les guitares se mirent à crier.

C’était donc ça ? Ces instruments ont un son hors du commun… Je ne saurais mettre de mots pour mieux le décrire. C’est comme si… Comme si quelqu’un ciselait les orages pour en sortir quelque chose d’harmonieux, comme si les soutiens de graves me transperçaient les organes, comme si ce rythme dictait mes battements de cœur. Quelle est cette musique ? Quelle sont ces couleurs qui n’existent pas ? Je les ressens pourtant, elles existent bel et bien. Je ressens.. des choses nouvelles..

Meven observa du coin de l’œil Noah se jeter sur son sac à dos pour en ressortir plusieurs feuilles blanches et un crayon, qu’il étala devant lui. Il prit une grande inspiration, puis se pencha sur les feuilles.
A la fin du premier morceau, tous l’observèrent attentivement sans dire un mot. Noah ne sourcilla pas un instant, il se trouvait plongé dans ses pensées, penché sur l’amas de feuilles devant lui. Sa longue chevelure blanche empêchait quiconque d’observer ce qu’il y inscrivait.
Après quelques secondes, Meven fit tourner son doigt dans les airs, signe d’enchaîner le morceau suivant.

La répétition dura ainsi deux heures, pendant lesquelles les musiques s’enchainaient toutes machinalement.
Durant cette période, Noah ne releva jamais la tête. Au fur et à mesure qu’elles se remplissaient, les feuilles devenaient comme mystérieuses.
Elles détenaient pour sûr, l’attention de toutes les personnes présentes dans le studio numéro cinq.


 

 

Chapitre suivant